Chaire de transfert de connaissances coeur/poumons

Agrandir la policeRéduire la police
 

Infarctus du myocarde

Définition et nom

Qu'est-ce que l'infarctus du myocarde ?

L'infarctus du myocarde est une maladie du coeur caractérisée par la nécrose (mort cellulaire) d'une partie plus ou moins importante du muscle cardiaque (myocarde). Cette nécrose laisse une cicatrice sur le cœur et réduit sa capacité à se contracter. Ainsi, la quantité de sang que le cœur pompe chaque minute pour faire circuler le sang dans le corps est réduite. L'impact sur la santé varie selon l'étendue de la nécrose et le territoire atteint. Le terme « crise cardiaque » est souvent utilisé pour identifier un infarctus aigu du myocarde. Il s'agit du moment où une obstruction complète d'une artère coronaire survient et provoque la destruction de cellules myocardiques.

Cause

Quelle est la cause de l'infarctus du myocarde ?

L'infarctus du myocarde survient lorsque le muscle cardiaque (myocarde) ne reçoit pas l'oxygène nécessaire pour assurer ses besoins. L'oxygène est acheminé au myocarde via des vaisseaux sanguins appelés artères coronaires. Des plaques d'athérome (athérosclérose) peuvent se développer à l'intérieur de ces vaisseaux et ainsi provoquer un rétrécissement. Une rupture de ces plaques d'athérome déclenchera la formation d'un caillot sanguin (thrombus) à l'intérieur d'une artère coronaire et provoquera l'obstruction complète de cette dernière, entraînant ainsi une souffrance myocardique (manque d'oxygène) menant à la nécrose des cellules.

Plusieurs facteurs sont responsables du développement de la plaque d'athérome à l'origine de l'obstruction. Ces facteurs sont appelés «facteurs de risque de la maladie cardiovasculaire». Les facteurs de risque sont communément divisés en deux catégories. Premièrement, il y a les facteurs non modifiables, tels que l'âge, l'ethnie, le sexe et l'histoire familiale (génétique). Deuxièmement, il y a les facteurs de risque modifiables, qui sont principalement influencés par les comportements de santé (par exemple l'activité physique et l'alimentation). Les facteurs de risque modifiables sont le diabète, la dyslipidémie, l'hypertension artérielle, le surpoids et l'obésité, le tabagisme et les facteurs psychosociaux.

Prévention et intervention

Quelles sont les manifestations de l'infarctus aigu du myocarde ?

Une douleur vive au centre du thorax peut suggérer un infarctus aigu du myocarde. La douleur peut également se présenter à la mâchoire, aux épaules, aux bras (particulièrement au bras gauche) et au dos (entre les omoplates). Cependant, certaines personnes (particulièrement les femmes, les aînés et les diabétiques) peuvent présenter un infarctus aigu du myocarde sans ressentir de douleur. D'autres symptômes peuvent également être associés à cette maladie, tels que de la difficulté à respirer (dyspnée), des nausées avec ou sans vomissement, de la fatigue inhabituelle, des étourdissements, des palpitations, un teint pâle, une diaphorèse (transpiration froide), de l'anxiété ou une sensation de mort imminente. Les symptômes sont exacerbés par un effort physique.

Comment le médecin pourra-t-il confirmer que je fais un infarctus aigu du myocarde ?

Lors de l'arrivée à l'urgence, un questionnaire, un examen physique, un électrocardiogramme (ECG) et des prises de sang permettent d'identifier un infarctus aigu du myocarde. D'autres examens peuvent être utilisés pour compléter le diagnostic. Ces examens sont : l'angiographie des artères coronaires (coronarographie), des examens en médecine nucléaire, une épreuve d'effort sur tapis roulant, une échographie cardiaque, etc.

Comment se traite l'infarctus du myocarde ?

En phase aiguë, l'infarctus du myocarde se traite grâce à des méthodes permettant de rétablir la circulation dans l'artère coronaire obstruée. La dilatation de l'artère à l'aide d'un petit ballon (angioplastie) est une méthode efficace pour rétablir la circulaire coronarienne et ainsi réduire l'importance de la nécrose. Lorsque cette méthode n'est pas accessible, certains médicaments (thrombolyse) permettant de détruire le caillot (faire fondre le caillot) sont également utilisés. Il est important de savoir que plus ces traitements sont administrés rapidement après le début des symptômes, moins grand sera l'impact négatif sur la santé et sur la qualité de vie de la personne atteinte.

À plus long terme, un contrôle rigoureux des facteurs de risque de la maladie cardiovasculaire est nécessaire. L'adoption et le maintien de certains comportements de santé sont alors fortement encouragés. Les comportements de santé identifiés comme ayant un impact positif sur les facteurs de risque sont la pratique régulière d'activités physiques, une saine alimentation et la cessation tabagique. De plus, des médicaments sont également prescrits pour favoriser un contrôle optimal des facteurs de risque et pour améliorer la performance du système cardiovasculaire. La majorité de ces médicaments doivent être pris à long terme.

Ressources

Reportages télévisés

30 mars 2011
Gérer l'après-crise cardiaque. Dr Paul Poirier, cardiologue est invité à l'émission, accompagné de M.Guy Gagnon, victime d'une crise cardiaque en 2009.

Ce reportage est une gracieuseté de l'émission Famille 2.0 de la télévision V. Partie I.

30 mars 2011
Gérer l'après-crise cardiaque. Dr Paul Poirier, cardiologue est invité à l'émission, accompagné de M.Guy Gagnon, victime d'une crise cardiaque en 2009.

Ce reportage est une gracieuseté de l'émission Famille 2.0 de la télévision V. Partie II.

 
 
 

Site internet par